Mon compte Contact Accueil

15. La délocalisation


Aujourd'hui, beaucoup d'entreprises font fabriquer dans des pays d'Europe de l'Est, d'Asie du Sud Est, d'Afrique, où les coûts de main d'oeuvre sont 10, 20, 50 fois inférieurs aux nôtres. Résultat, nous sommes devant une hémorragie d'emploi sans précèdent. Alors que faire ?

La C.G.A.F., propose l'étude d'une taxe supplémentaire à celle de la T.V.A.
Il s'agit pour notre industrie et commerce d'une légitime défense. Les firmes Françaises doivent pouvoir fabriquer et vendre sur notre sol des produits concurrentiels même si le coût de revient est plus élevé car en France la couverture sociale est largement supé¬rieure à ces pays lointains.
La grande distribution favorise et amplifie ce phénomène par la course aux prix. Mais la solution immédiate qui reste à prendre est de détaxer le travail, chez nous, de le rendre moins cher, plus souple afin de rendre nos entreprises plus compétitives et de recréer un climat propice à la création d'emplois nouveaux.
Par conséquent, une baisse psychologique de 25 % du coût du travail serait souhaitable.

'Parmi ces 'arguments' :

PRIX COMPÉTITIFS

La concurrence entre les géants de la distribution, même si en certaines circonstances, des décisions opportunistes ont été mises en application, n'a pas apporté de contribution décisive à la lutte contre l'inflation.

Les moyens employés vis à vis des consommateurs, notamment les 'prix d'appel' sur certains articles, la publicité sur les 'prix coûtants' etc... tentant d'attirer des clients insuffisamment informés, s'analysent trop souvent comme des pratiques déloyales et mensongères.

Les ententes sur certains prix, entre les grands distributeurs tentent de restreindre la concurrence sur les prix, dans la mesure où l'affrontement entre les enseignes devient trop coûteuse (sanctions de M. MONORY contre DARTY et autres).

Ces pratiques préfigurent ce qui existerait si la diversité des formes de distribution s'amenuisait au seul profit des géants de la distribution.

CRÉATION D'EMPLOIS :

C'est l'un des arguments développés par les promoteurs lorsqu'ils plaident un dossier en vue d'obtenir une autorisation d'implantation de magasin. Les responsables municipaux sont sensibles à cet 'argument'. Cependant, c'est faire preuve de 'cécité économique' ou démontrer que la capacité de réflexion s'arrête aux limites territoriales de la com¬mune.

Deux observations peuvent être faites à ce sujet :

- II est évident qu'une grande surface de vente réalise le même chiffre d'affaires avec deux ou trois fois moins de personnel que dans le commerce traditionnel. Sinon, pourquoi s'installerait-elle et comment les groupes financiers accepteraient-ils de financer des projets dont les profits seraient limités par la masse des charges salariales ?

- L'implantation d'une grande surface c'est, à terme, la mise au chômage du person¬nel des petites entreprises commerciales et la cessation d'activité de ces petites en¬treprises (




GALERIES MARCHANDES AUTOUR DES GRANDES SURFACES


La pire ou la meilleure des choses. Combien de contrats aux clauses abusives ont conduit au désastre financier ceux qui, confiants, se sont laissés prendre aux promesses faites sans avoir suffisamment approfondi la nature de leurs engagements.




LUTTE CONTRE 'L'ÉVASION DE LA CLIENTÈLE'


C'est à dire la perte de chiffre d'affaires potentiel d'une localité au profit d'une autre ville où se trouve déjà une grande surface. Un 'argument,' aux contours imprécis souvent mis en avant par le promoteur, et dont la valeur peut être discutée.
Un 'argument' aux contours imprécis souvent mis en avant par le promoteur, et dont la valeur peut être discutée.




RESSOURCES NOUVELLES POUR LA COMMUNE


Les responsables municipaux sont toujours sensibles à tout ce qui peut apporter des res¬sources nouvelles pour la commune, augmentation du nombre des entreprises assujetties à la taxe professionnelle et emplois réservés, etc...
Rappelons que cette taxe professionnelle doit être supprimée et que l'intérêt général, en ce qui concerne notamment le problème du chômage, doit primer les intérêts particuliers d'une petite collectivité.




NÉCESSITÉ DE COMBATTRE LE MONOPOLE D'UNE ENSEIGNE


C'est aussi un argument souvent présenté pour justifier l'implantation d'une nouvelle grande surface là où il en existe déjà. Cela revient à dire que, partout où il y a une grande surface, il est indispensable d'en construire une nouvelle.
C'est de la compétence et de la sagesse des commissions d'urbanisme commercial de veiller à une bonne répartition départementale, régionale et nationale des équipements commerciaux de grande dimen¬sions.




Documentation



Version Imprimable